WESH LA STREET par Guillaume Mathivet WESH LA STREET par Guillaume Mathivet

  • Art en aquitaine

    WESH LA STREET

        Du sam. 17 décembre 2016 au ven. 27 janvier 2017

        Vernissage le sam. 17 décembre 2016 - 19h00 Importer dans mon calendrier



    Exposition WESH LA STREET

    Présentation


    WESH LA STREET 
    Guillaume Mathivet
    Vernissage le samedi 17 décembre 2016 à 19h
    Exposition du 17 décembre au 27 janvier 2017
    5UN7



    WESH LA STREET /

    " Une proposition de Guillaume Mathivet sous le commissariat de Xavier Ferrere.


    WESH LA STREET,
    ou l'effacement du graffiti au profit de la (post) peinture.

    Ça en devient presque ironique lorsqu'on a tutoyé comme moi les codes esthétiques du graffiti 90's bordelais : throw-up à l'Etoile, high- Light à la Verrerie, wilde-style à la Caserne, strictly hip-hop et toutes les petites guerres des enfants de la "middle class".

    Ozarm AKA Mozar AKA Guillaume Mathivet opere à la désactivation des charges émotionnelles compulsives et égocentriques, qu'ont peut-être fait subir certaines personnes de ma génération aux sympathiques habitants et commerçants bordelais il y a quelques années déjà ! Certains parlent de vandalisme d'autres de street art personnellement je préfère parler de "dégradations positives".
    A l'heure où trône sur le bureau de notre cher bienfaiteur de l'art AKA B.Magrez une sérigraphie de Mystic, il me semble très important de signifier que la récente apparition du Street Art en galerie et en salle de vente (20ans) est clairement une coquetterie bourgeoise visant à utiliser la théorie post-moderne en invoquant l'horizontalité et la transversalité des pratiques dans le but de réaliser une plus value sur le dos d' artistes moins informés que d'autres de ce qui se cache derrière le mot "bienfaiteur".
    Ceci étant dit nous allons pouvoir rentrer dans le vif du sujet c'est à dire la peinture. Peu importe qu'elle soit considérée comme du Street Art du graffiti Vandal du post graffiti il s'agit bel et bien de peinture, de la juxtaposition de signes ou de gestes sensibles au monde et aux choses, d'une capture de l'air du temps, de la trace expressive d'une civilisation en marche !
    Cependant la peinture a connu bien des étapes de Lascaux à Banksy (#titien #chagall #lewitt #lichtenstein #bacon...) il ne suffit malheureusement ou heureusement plus d'être un génie de la représentation sous le joug d'un "bienfaiteur". La capture du sensible aussi géniale soit-elle n'est plus une valeur digne d'intérêt pour tous ceux qui participent activement au développement de cette discipline artistique.
    La pensée post-moderne a fait des émules depuis 30ans qu'elle confronte la peinture et ses innombrables "Ismes". N'en déplaise à certains nostalgiques "bienfaiteurs" il ne s'agit pas de dire tel ou tel est bon ou beau, tel ou tel est collectionnable ou barbarisme Vandal. Tout se vaut !

    ATTENTION, tout se vaut ne signifie pas que le merveilleux dessin de la fête des mères ou le tag d'un gang de trafficants Honduriens soient l'équivalent ontologique des Ménines !
    Cela signifie que ces trois modules graphiques peuvent être utilisés en même temps dans le but d'articuler une oeuvre sensible intellectuelle contemporaine, la capture expressive et complexe du mouvement exceptionnel de la machine humanité.
    C'est en cela que l'oeuvre de Guillaume Mathivet est raisonnablement de la peinture post-moderne. C'est par l'utilisation de tous ces codes "90's" dont je parlais au début du texte et par le fait de s'en servir comme un jeu de " l'ego", d'organiser un grand clash distemporel entre les petits Vandals sous extazy que nous étions et la grande peinture d'un Caravage insoumis à l'autorité du Vatican ou d'un Paul Klee devant fuir le Nazisme et ainsi poser les bases de ce qui allait devenir la post modernité en important le bauhauss aux USA. La boucle est bouclée, la peinture en auto-discussion profonde et schizophrénique. Des gestes qui semblent simples et joyeux aux couleurs issues d'un polo Nike Agassi mais qui démontrent toute la complexité signifiante des mécanismes sociaux intellectuels et sensibles qui constituent les strates de notre histoire. "

    Marc-Henri Garcia

    Informations complémentaires :

    5UN7
    57 rue de la rousselle
    33000 Bordeaux

    06 25 58 76 31
    asso5un7@gmail.com

    En savoir plus


    Adresse :


    5UN7
    57 rue de la Rousselle
    33000 - Bordeaux
    Site internet
    Tags: - peinture - dessin - moderne


    Partager sur : Facebook  Scoopeo  Fuzz it!  Digg it!  del.icio.us it!  yoolink  Ajouter à mes favoris Technorati

    Modifier les informations Imprimer

    Faites la demande de modification des informations de cet événement


    Votre nom
    Votre email


    Recevez un rappel par email le jour de cette événement


    Adresse email
    |   accueil   |   lieux   |   agenda   |   ressources   |   communiqués   |   contact   |   plan du site   |   partenaires   |  
    Pour les webmasters   -   Mentions légales   -   Qui sommes-nous ?   L'Agence Créative  
          L'agence créative Bordeaux