Les Dérivés de la photographie -Lumière noire Les Dérivés de la photographie -Lumière noire

  • Art en aquitaine

    Les Dérivés de la photographie -Lumière noire

        Du ven. 24 janvier 2014 au sam. 26 avril 2014

        Vernissage le ven. 24 janvier 2014 - 18h30 Importer dans mon calendrier



    Exposition Les Dérivés de la photographie -Lumière noire

    Présentation


    Les Dérivés de la photographie est un programme d'expositions co-écrit par le Frac Aquitaine, le centre d'art image/imatge à Orthez (64) et l'Artothèque de Pessac (33). Le point de départ de ces expositions est celui de la photographie et de ses évolutions récentes dans le champ de l'art contemporain. Vernissage 24 janvier 18h30.

    Les expositions réunies sous l'intitulé générique Les Dérivés de la photographie au Frac Aquitaine à Bordeaux, au centre d'art image/imatge à Orthez (64) et à l'artothèque de Pessac (33), mettent conjointement en évidence une condition photographique de l'art contemporain. C'est que la photographie offre aux artistes un vaste horizon de pratiques, qu'elle soit appréhendée comme un médium avec des enjeux spécifiques ou comme un simple outil technique, dont les usages n'ont pas nécessairement le résultat photographique pour finalité.

    L'exposition Lumière noire au Frac Aquitaine a pour point de départ la photographie, mais réunit aussi de nombreuses oeuvres qui, tout en relevant d'autres pratiques (gravure, sculpture, installation, vidéo... ), se caractérisent par des processus de création, des enjeux esthétiques et une culture visuelle tributaires de la photographie.

    Ainsi, ce n'est pas tant à la photographie qu'au " photographique " que Les Dérivés de la photographie est consacrée : le " photographique ", écrit Rosalind Kraus dans son ouvrage éponyme, est " une sorte de grille ou de filtre au moyen duquel on peut organiser les données d'un autre champ qui se trouve par rapport à lui en position seconde ". En d'autres termes, ce terme désigne l'" instrument d'un calibrage théorique " pour appréhender le champ de l'art. Il ne s'agit donc non pas, ou pas uniquement, d'exposer la photographie, mais de parcourir une collection, celle du Frac Aquitaine, " avec " la photographie, en regard de son histoire, de son vocabulaire, de ses processus, ses pratiques, ses enjeux esthétiques, en considérant non seulement ce qu'ils sont au sein de l'histoire de la photographie, mais aussi ce qu'ils font à l'art en général, en quoi ils informent le regard et la démarche d'artistes qui ne sont pas nécessairement photographes.

    De Diane Arbus à Charles Mason en passant par Das Institut, il est question du regard : voir et être vu, observer et se dissimuler. Il est aussi question-là de la capacité de l'image photo- ou vidéo-graphique à rendre étrangement familier - car immédiatement présent et perceptible - ce qui en dehors de leurs représentations reste pourtant de l'ordre de la marginalité, du hors norme, du non vu, ou encore de l'absurde, de l'idiotie.
    Mettre sous notre regard ce qu'on ne peut avoir à hauteur de vue — le ciel, météorologique ou astronomique par exemple — est par ailleurs un apport important de la photographie à l'histoire des représentations. Chez Duane Michals, Benoît Maire ou Philippe Lepeut, ce type d'images engage une réflexion sur ce qui est visible et ce qui ne l'est pas, sur le voir et la cécité, le tangible et l'immatériel.
    De Tony Regazzoni à Ulla von Brandenburg en passant par Rainier Lericolais, Pierre Savatier, Dominique Blais ou encore Antoine Dorotte, il est question de trace, d'empreinte, de la valeur d'indice qui caractérise la photographie mais qui est aussi à l'oeuvre chez de nombreux artistes à travers le dessin, la gravure, la sculpture... selon le philosophe américain Charles Sanders Peirce, un indice est un signe qui entretient avec son référent un rapport de contiguïté. Chez Denis Oppenheim et Roman Signer, la photographie n'est pas une fin en soi mais le moyen de documenter un art d'actions et d'expérimentations, par définition fugaces.

    Jérôme Dupeyrat, critique d'art

    Autour de l'exposition :
    Rencontre avec l'artiste Mark Geffriaud au Frac Aquitaine
    Vendredi 24 janvier à 17h30
    Entrée libre

    Atelier Y a pas photo au Frac Aquitaine
    Samedis 1er février, 8 mars, 5 avril de 15h à 17h, pour les enfants (3€/pers.)
    Jeudi 10 avril de 18h à 20h, tout public (3€/pers.)
    Les 27 et 28 février, 24 et 25 avril (1/2 journée), pour les centres sociaux
    Sur réservation cp@frac-aquitaine.net 05 56 24 71 36

    En savoir plus: http://www.frac-aquitaine.net/

    Visuel: Laurent Kropf, Dimanche, 2012. Collection Frac Aquitaine Photo : J-C Garcia.


    Adresse :


    Fonds Régional d'Art Contemporain - Collection Aquitaine
    Hangar G2
    Bassin à flot No 1
    Quai Armand Lalande
    33300 - Bordeaux
    Site internet


    Partager sur : Facebook  Scoopeo  Fuzz it!  Digg it!  del.icio.us it!  yoolink  Ajouter à mes favoris Technorati

    Modifier les informations Imprimer

    Faites la demande de modification des informations de cet événement


    Votre nom
    Votre email


    Recevez un rappel par email le jour de cette événement


    Adresse email
    |   accueil   |   lieux   |   agenda   |   ressources   |   communiqués   |   contact   |   plan du site   |   partenaires   |  
    Pour les webmasters   -   Mentions légales   -   Qui sommes-nous ?   L'Agence Créative  
          L'agence créative Bordeaux