Je n'ai rien à te dire, sinon que ce rien, c'est à toi que je le dis par La Tierce, Véronique Lamare et Geörgette Power Je n'ai rien à te dire, sinon que ce rien, c'est à toi que je le dis par La Tierce, Véronique Lamare et Geörgette Power

  • Art en aquitaine
    Agenda des expos Afficher tout l'agenda Rezdechaussée

    (( écouter ))

    Je n'ai rien à te dire, sinon que ce rien, c'est à toi que je le dis

        Du jeu. 03 septembre 2015 au dim. 13 septembre 2015

        Vernissage le jeu. 03 septembre 2015 - 18h30 Importer dans mon calendrier



    Exposition Je n'ai rien à te dire, sinon que ce rien, c'est à toi que je le dis

    Présentation


    Une proposition d'Élise Girardot

    vernissage : jeudi 3 septembre, 18h30
    rencontre avec les artistes : jeudi 10 septembre, 19h
    finissage : dimanche 13 septembre, 18h30

    " - Quel est le statut de ces objets ? Est-ce que ce sont des oeuvres ou les résidus d'une action ?"
    " - On aimerait bien qu'ils n'assument aucun véritable statut,
    qu'ils restent dans l'indécision, dans l'attente que d'autres choix soient faits."
    Marie Cool Fabio Balducci

    L'exposition à Rezdechaussée regroupe plusieurs vidéos et oeuvres en volume de cinq artistes bordelais, la compagnie La Tierce (composée de trois danseurs chorégraphes:Séverine Lefèvre, Sonia Garcia et Charles Pietri) et deux plasticiens,Véronique Lamare et Geörgette Power. Ils formulent pour l'occasion une proposition plastique fondée sur le dialogue, puisque le projet, conçu comme un ensemble, s'est construit au fil de discussions communes orchestrées par la curatrice.
    Territoire, géographie et paysage
    Cette exposition s'intéresse d'abord au territoire, concrètement d'une part : La Tierce réalise en simultané à la Halle des Chartrons, tous les soirs du 3 au 13 septembre, la performance chorégraphique intitulée É C R I T U R E S. Pendant que les corps des danseurs s'animent à la Halle, des objets inanimés sont visibles à Rezdechaussée. Sont-ils témoins d'une action passée ou outils en attente ? Progressivement, il se dessine une géographie imaginaire que les artistes nous proposent de parcourir d'une oeuvre à l'autre et qui se déploie dans la vidéo de Véronique Lamare, espace-temps d'apparence minimaliste, riche d'une multitude d'écritures du corps possibles, de combinaisons à inventer à l'infini, de formules et d'hypothèses à émettre dans le dialogue silencieux de deux protagonistes qui semblent s'ignorer. S'instaure alors une poésie aléatoire, une écriture automatique à l'oeuvre. Ce paysage fait d'intervalles, c'est celui que nous propose de parcourir Geörgette Power avec ses paires de souliers, qui préfigurent la déambulation. Sept paires pour sept acteurs du projet : une galeriste, une curatrice, trois danseurs chorégraphes et deux artistes plasticiens.
    Une exposition multiple
    Pour Roland Barthes, la mort de l'auteur annonce la naissance du lecteur. La multiplicité inhérente à l'écriture s'incarne pour lui dans la figure du lecteur. Cette "écriture multiple", est, comme le dit Barthes, une structure à filer comme on le dirait d'"une maille de bas", avant d'ajouter : "l'espace
    de l'écriture est à parcourir". De même, l'exposition est un parcours, un mystère à percer. Le langage des oeuvres agit et performe, à travers ce que nous déclarent chacun de ces objets et chacun de ces signes. Au dialogue qui s'instaure entre les oeuvres, succède un autre dialogue, collectif, multiple.
    Alors, une pensée se libère, une activité qui relie l'objet et le corps et réunit l'oeuvre d'art entendue comme un outil et celle que l'on perçoit comme une finalité. Représenter une forme, mais la per-former, dépasser l'objet statique, permettre une émancipation de l'objet exposé, qui déclare et agit, puisqu'il évolue dans une communauté de signes et de paroles, un phalanstère. La naissance du lecteur devient ici la naissance du visiteur. D'autres préféreront le nommer " spectateur ".

    " Je " et " tu"
    Demandons-lui ce que nous racontent les espaces "entre". Entre les corps, les oeuvres, les murs d'une galerie... L'exposition invite le visiteur à tisser une géographie des espaces vides, à parcourir un territoire en mouvement, à vivre un paysage performé. Puisque ce "rien", c'est à lui que nous le disons.
    De la Halle des Chartrons où se produit la compagnie la Tierce, à Rezdechaussée
    où leurs objets flottent en suspension, en attente, se tisse un fil invisible qui relie le lieu où le corps s'anime et l'espace d'exposition, rue Notre-Dame.
    "je" et "tu", un dialogue se noue entre deux plasticiens et trois chorégraphes, entre cinq artistes et une myriade de visiteurs, entre l'espace public et ceux qui l'habitent. La naissance du visiteur-lecteur se trouve aussi incarnée dans un espace de rencontre et de lecture où seront à sa disposition plusieurs ouvrages chers aux artistes de l'exposition.
    Élise Girardot

    Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 16h à 20h.
    Rezdechaussée, Lieu d'intention artistique, 66 rue Notre-Dame, Bordeaux.
    Site de la galerie
    Contacts :
    info@rezdechaussee.org
    ou
    eelisee.girardot@gmail.com / 06.71.42.97.98


    Adresse :


    Rezdechaussée
    66 rue Notre Dame
    33000 - Bordeaux
    Site internet


    Partager sur : Facebook  Scoopeo  Fuzz it!  Digg it!  del.icio.us it!  yoolink  Ajouter à mes favoris Technorati

    Modifier les informations Imprimer

    Faites la demande de modification des informations de cet événement


    Votre nom
    Votre email


    Recevez un rappel par email le jour de cette événement


    Adresse email
    |   accueil   |   lieux   |   agenda   |   ressources   |   communiqués   |   contact   |   plan du site   |   partenaires   |  
    Pour les webmasters   -   Mentions légales   -   Qui sommes-nous ?   L'Agence Créative  
          L'agence créative Bordeaux