Casting(n°2) du film EXODO de Juan Aizpitarte et Ibai Hernandorena le samedi 25 juin 2011 de 15 à 22h, Maison EXODO à Bordeaux Casting(n°2) du film EXODO de Juan Aizpitarte et Ibai Hernandorena le samedi 25 juin 2011 de 15 à 22h, Maison EXODO à Bordeaux

  • Art en aquitaine
    Proposez vos communiqués sur le site.


    Posté le 14/06/11 dans la catégorie : Appel à candidature

    Casting(n°2) du film EXODO de Juan Aizpitarte et Ibai Hernandorena le samedi 25 juin 2011 de 15 à 22h, Maison EXODO à Bordeaux




    Les artistes Juan Aizpitarte et Ibai Hernandorena vous proposent de participer à une aventure cinématographique.

    Pour le tournage du  film EXODO de fiction-réalité, les comédiens et les figurants non-professionnels seront recrutés lors d’un casting à la Maison Exodo le 25 juin 2011. Le casting est ouvert à tous, habitants du quartier, bordelais, artistes...

    Le tournage sera le temps de l’action du projet, une grande fête où tous les éléments préparés lors de l’année se rendront visibles. Uni au quotidien, la fiction et la réalité se mélangeront lors de ce moment fort.

    Casting le samedi 25 juin de 15h à 21h
    A la Maison Exodo/L'Agence Créative

    19 cours de l'Argonne à Bordeaux
    Inscriptions sur place

    Informations:
    Contact@lagence-creative.com
    Ibai Hernandorena: 06 08 61 70 10

    image















    Un film collaboratif entre réalité et fiction :
    « Pour le projet EXODO, nous nous intéressons aux mutations du quartier Saint-Nicolas, Victoire, Saint-Michel, à son histoire, à l’exode des commerçants, à l’implantation du tramway dans l’axe du cours de l’Argonne et à son devenir. Ce projet exige de la rigueur et un regard qui ne peut être possible que part un temps de travail long et par une immersion dans le quartier, permettant une compréhension et une analyse du lieu et des gens. Nous avons l’ambition, pour ce projet, de travailler à l’échelle du quartier et avec le quartier.

    Afin de produire un travail sérieux et ambitieux, nous imaginons des interventions régulières et une présence sur une durée de six mois à un an. Ce temps nous permettra de créer des liens avec les habitants et les associations actives du quartier. Nous pourrons alors impliquer dans notre travail le matériel et les personnes qui découleront de ces rencontres et échanges. Les formes et les rendus possibles restent à définir. Architecture, urbanisme, design, arts plastiques, performance, ce qui est certain c’est que nous avons la volonté de réaliser un film qui viendra documenter et alimenter le travail.

    Le film EXODO  sera issu de notre collaboration avec les habitants, les structures existantes (culturelles, éducatives, sociales) et les artistes. Réalisé sous forme de workshops, le film incarnera la réelle représentation du travail fait sur place. Il sera aussi le fruit de la réflexion d’un quartier sur lui-même, avec des propositions concrètes pour le futur.

    Ce film a la volonté de générer des actions et de servir de point d’appui pour un éventuel réanchantement du quartier. Le dispositif de tournage du film servira de support à la réalisation d’interventions dans le quartier et vis versa. Il s’agira d’actions éphémères qui viendront faire un focus sur un point précis sur la vie du lieu où sur le lieu lui-même. Transformer la réalité pour la révéler, c’est ce dont il s’agit ici. Pour voir plus clair, une mise à distance est nécessaire, le tournage d’abord et le film ensuite apporteront cette distance de lecture qui est l’essence même de l’art.
    Un mélange entre réalité et fiction, entre acteurs et citadins dans un lieu en mutation où tout est à faire et à refaire voilà le champ dans lequel nous intervenons. La transformation de l’espace public autour de l’axe du cours de l’Argonne se fera le temps des tournages à partir de micros scénarios établis en fonction des besoins du quartier.

    Le film EXODO devient une projection des désirs du quartier, en un jeu d’aller retour permanent entre fiction et réalité. Cette transformation peut s’opérer physiquement par la création de décors éphémères (constructions, son, lumière), par des actions d’artistes mais également par la présence des passants et de la vie du quartier. Le film est un outil permettant de projeter les rêves, les désirs et l’imaginaire des habitants du quartier. C’est une passerelle entre la réalité du quartier et son devenir possible. Le film est la matière émotionnelle du quartier.

    Avant la mise en place du film, il nous a semblé primordial de mettre en place des workshops, des performances, des dispositifs qui décomposent ce qu’est un film. Nous donnons à expérimenter le son, l’image en mouvement, la lumière, le scénario en préambule du tournage.

    Utiliser le cours de l’Argonne, le regarder autrement, redécouvrir un quotidien et utiliser/détourner ce qui constitue ce quotidien pour le voir autrement. »

    Juan Aizpitarte et Ibai Hernandorena



    Proposez vos communiqués sur le site
    |   accueil   |   lieux   |   agenda   |   ressources   |   communiqués   |   contact   |   plan du site   |   partenaires   |  
    Pour les webmasters   -   Mentions légales   -   Qui sommes-nous ?   L'Agence Créative  
          L'agence créative Bordeaux