ni "yeux", ni "larmes", ni "bouillons" par Mathias Tujague ni "yeux", ni "larmes", ni "bouillons" par Mathias Tujague

  • Art en aquitaine
    Agenda des expos Afficher tout l'agenda Crystal Palace

    (( écouter ))

    ni "yeux", ni "larmes", ni "bouillons"

        Du jeu. 26 janvier 2017 au dim. 26 mars 2017

        Vernissage le jeu. 26 janvier 2017 - 18h30 Importer dans mon calendrier



    Exposition ni "yeux", ni "larmes", ni "bouillons"

    Présentation


    ni "yeux", ni "larmes", ni "bouillons"
    Mathias Tujague
    Vernissage le jeudi 26 janvier à 18h30
    Exposition du 26 janvier au 26 mars 2017
    Crystal Palace



    " La pratique de Mathias Tujague, qui mêle l'installation et la production d'objets sculpturaux, se dirige résolument vers la création de situations et d'environnements à expérimenter.
    L'artiste poursuit ses recherches formelles issues d'éléments " naturels " (feuilles de platane, bois carbonisé, cristaux, concrétions, mousses et lichens), qu'il reproduit ou démultiplie en changeant de matériaux et d'échelle.
    Remontant aux origines du Crystal Palace, qui a donné son nom à la vitrine, il s'inspire du nénuphar géant d'Amérique du sud, Victoria amazonica, fascinant de par son gigantisme, l'architecture de ses feuilles et l'incroyable beauté de sa courte floraison.
    Découverte dès 1801 par le botaniste allemand Thaddäus Haenke, la plante sera nommée Victoria en 1837 en hommage à la souveraine anglaise. Après de nombreux échecs il faudra attendre 1849 pour voir les premiers plants issus de graines se développer timidement au Jardin botanique royal de Kew.
    Un plant est alors confié à Joseph Paxton, responsable des jardins du Duc de Devonshire à Chatsworth. Le génie et l'inventivité de ce jeune paysagiste ne sont plus à prouver depuis la construction de la grande serre du domaine, admirée par tous. Fidèle à sa réputation montante, il sera le premier à optimiser les conditions de culture de la plante et à la faire fleurir, ce qui fut célébré à Londres comme un évènement historique et lui valut d'être anobli par la reine Victoria.
    Fasciné par la solidité de la feuille (la mode des enfants pris en photo sur les feuilles date de cette époque), il se serait inspiré du réseau des nervures de la face immergée pour édifier la structure de ses verrières, notamment celle de son chef d'oeuvre architectural, le Crystal Palace. Destinée à abriter la première Exposition universelle à Londres, cette monumentale serre est construite en un temps record grâce à l'emploi d'éléments préfabriqués standardisés, un système novateur et breveté. Le Crystal Palace, inauguré à Hyde Park en 1851, démontre alors la supériorité industrielle et technique du Royaume-Uni.
    Mathias Tujague reprend le graphisme de la structure haute de la nef, découpé en négatif dans un adhésif réfléchissant apposé sur la vitre. La "demi-rosace" initiale conçue par Paxton est doublée, recréant un cercle complet afin de revenir à l'inspiration originelle.
    Au second plan, à travers les jeux de miroir reflétant la place, se distingue la face supérieure de la feuille, celle qui est visible naturellement, telle une dispersion d'ondes à la surface d'un plan d'eau. Dressée à la verticale, elle semble suspendue, semblable à un gong, un disque solaire ou un tableau circulaire de Monet.
    Cette scénographie rejoue étonnamment les codes de présentation des stands des foires d'expositions universelles et des passages du 19ème siècle, ancêtres de nos vitrines, où " la possibilité d'observer à distance et en toute sécurité offre un effet à la fois de recul temporel (les spécimens d'histoire naturelle et les dioramas) et un anonymat qui confèrent au spectateur un détachement et une puissance lui permettant de contempler avidement un objet enfermé et désormais soumis. "
    La couleur invariable des murs est une moyenne chromatique d'un tableau des Nymphéas de Monet. Chaque soir, des variations lumineuses baignent l'espace d'exposition, recréant en accéléré l'évolution colorimétrique de la fleur qui, dans la nature, passe en un jour et deux nuits du blanc nacré au rose fuchsia. L'éclosion, nocturne, extraordinaire, s'accompagne d'une élévation de la température de la fleur, facilitant la dispersion d'un puissant parfum d'ananas, irrésistible pour le coléoptère qui la féconde avant qu'elle ne fane et ne disparaisse sous l'eau.

    L'artiste, en démultipliant les surfaces et les textures, s'éloigne d'une représentation naturaliste, opérant une hybridation entre végétal et minéral.
    Il confronte le verso schématisé, rationalisé et froid au recto organique, ondoyant et sensuel pour façonner un " aquarium fleuri " , un environnement onirique où l'éclosion d'une plante aquatique se transforme en paysage flottant crépusculaire. "


    Informations complémentaires :


    Crystal Palace
    7 Place du Parlement
    33000 Bordeaux

    En savoir plus



    Adresse :


    Crystal Palace
    Vitrine, 7 place du parlement
    33000 - Bordeaux
    Site internet


    Partager sur : Facebook  Scoopeo  Fuzz it!  Digg it!  del.icio.us it!  yoolink  Ajouter à mes favoris Technorati

    Modifier les informations Imprimer

    Faites la demande de modification des informations de cet événement


    Votre nom
    Votre email


    Recevez un rappel par email le jour de cette événement


    Adresse email
    |   accueil   |   lieux   |   agenda   |   ressources   |   communiqués   |   contact   |   plan du site   |   partenaires   |  
    Pour les webmasters   -   Mentions légales   -   Qui sommes-nous ?   L'Agence Créative  
          L'agence créative Bordeaux